Miró, Joan

Joan Miró est un peintre, sculpteur, graveur et céramiste catalan, né à Barcelone le 20 avril 1893 et mort à Palma de Majorque le 25 décembre 1983. Il produit une œuvre onirique teintée d’humour, marquée par la politique de son temps et bénéficiant d’un renouvellement technique perpétuel.   Lire la biographie

Affichage de 1–12 sur 55 résultats

Biographie

Né à Barcelone en 1893, Joan Miró entre à l’Ecole des Beaux-Arts de sa ville en 1907. Contraint de demeurer à la ferme de Montroig à partir de 1911 pour cause de convalescence, Miró en profite pour se consacrer à la peinture. Une fois rétabli, il visite les expositions de l’avant-garde française et son œuvre s’en trouve profondément marquée, notamment par les esthétique cubistes et fauvistes. Il part s’installer à Paris en 1920. Il s’y lie d’amitié avec Pablo Picasso et André Masson, se rapproche des dadas et adhère au surréalisme. Il réalise des travaux particulièrement remarquables pour leur onirisme teinté d’humour, comme Le Dialogue des insectes (1924) ou encore Chien aboyant à la lune (1926).

Dans les années 30, Miró réalise ses premières lithographies, puis il retourne à Barcelone et expérimente dans un nouveau style plus abrupt : à l’aide de divers matériaux, il produit des sculptures et ses œuvres témoignent de son inquiétude pour l’Espagne, notamment l’affiche « Aidez l’Espagne » réalisée en 1937. Il est contraint de s’expatrier en France durant la guerre d’Espagne, où il réalise la série Les Constellations à la gouache.

Lors de son séjour aux États-Unis à la fin des années 40, il s’essaie à la peinture monumentale, puis s’oriente vers la « peinture spontanée », composée d’éclaboussures et de tâches, appuyée sur des jeux d’opacité et de textures, comme Le Mur du Soleil. Il peint la série Bleu en 1961 et reçoit de nombreuses commandes, comme celle pour le bâtiment de l’UNESCO à Paris. Il s’intéresse aussi à la céramique et la sculpture de marbre et de bronze, en se servant d’objets récupérés comme pour L’Horloge du Vent réalisée en 1967. Ses peintures, sous l’influence des maîtres américains, s’agrandissent et tendent vers l’abstraction ; son œuvre devient donc plus dépouillée au fil des années mais reste marquée par son onirisme et sa rigueur. En 1976, la Fondation Miró est inaugurée dans sa ville natale, honorant son travail et sa créativité. Ses dernières œuvres sont des statues gigantesques, notamment celle de Barcelone, datée de 1982. Il meurt à Majorque en 1983.