Hartung, Hans

Né en 1904 et mort en 1989, Hans Hartung est un peintre français d’origine allemande, aujourd’hui considéré comme un acteur déterminant de l’art abstrait. Tout au long de sa vie, la gravure a joué dans son œuvre un rôle déterminant.      Lire la biographie

12 résultats affichés

Biographie

Hans Hartung naît le 21 septembre 1904 à Leipzig. Dès son enfance, il s’intéresse à l’art. À partir de 1924, il fréquente le lycée de Dresde, se passionnant pour Rembrandt, Francisco de Goya, Frans Hals, Le Greco, puis pour les expressionnistes allemands comme Oskar Kokoschka, Emil Nolde. Il peint en s’inspirant de certaines de ces œuvres, en simplifiant la composition pour n’en retenir que les masses colorées. En 1926, Hans Hartung s’installe à Paris, s’enthousiasme pour ce qu’il voit de Pablo Picasso et fréquente abondamment le Louvre. Il y passe des journées entières à regarder les maîtres anciens et à les adapter à ses propres visions.

La vie de Hans Hartung est une vie marquée par les circonstances historiques, mais où l’art joue constamment un rôle central. Pendant la seconde guerre mondiale, Hartung  est mobilisé, mais après l’armistice il se réfugie avec la famille de Julio González dans le Lot. Pendant cette période et dans des conditions matérielles difficiles, il continue de produire, notamment des séries d’encres abstraites, quelques peintures, mais aussi des séries de « têtes » inspirées par Julio González et l’oeuvre de Picasso Guernica. En 1943, Hans Hartung passe en Espagne, dans des conditions très périlleuses. Il est arrêté et envoyé au camp de concentration de Miranda del Ebro durant sept mois. Il y enseigne l’histoire de l’art à ses codétenus d’après les souvenirs de l’enseignement de Wilhelm Pinder à Leipzig, fait des portraits et au moins un autoportrait.

Hartung rejoint ensuite l’Afrique du Nord dans la Légion. Il est blessé en 1944 et perd une jambe. Réformé l’année suivante, il rentre à Paris. Aidé par Alexander Calder, il est naturalisé français en 1946 et reçoit les honneurs de la France.

Durant cette période, Hartung s’impose comme une des figures déterminantes de la seconde École de Paris. Il participe à plusieurs expositions ; sa première exposition personnelle a lieu à Paris en 1947 à la galerie Lydia Conti, où il est très remarqué par des critiques comme Madeleine Rousseau : « C’est ainsi qu’une toile de Hartung c’est, sans doute, un moment de l’existence du peintre ; mais, plus encore, c’est un moment de notre civilisation, avec les contraintes, les dangers, les espoirs qu’elle apporte et qui, en grande partie, déterminent l’attitude individuelle de chacun.[1] »

Multipliant les expositions de ses peintures, gravures et lithographies, il reçoit en 1960 le grand prix international de peinture de la Biennale de Venise puis en 1977, il est élu à l’Académie des beaux-arts et le Centre Pompidou organise une exposition itinérante de ses gravures et lithographies. En 1982, il se voit consacrer une salle personnelle permanente à la Staatsgalerie Moderner Kunst de Munich.

Après sa mort, le travail de Hartung est peu présent sur la scène artistique pendant quelques années, mais dès la fin des années 90 et le début des années 2000, il est redécouvert par le public et par des artistes aux courants et techniques très divers. Aujourd’hui, Hans Hartung est considéré comme l’un des plus grands représentants de l’art abstrait et comme le précurseur et le pionnier de nombreux mouvements d’avant-garde qui se développeront dans la seconde moitié du XXe siècle : entre autres les courants dits informels, gestuels, tachistes, lyriques ainsi que l’action painting.

 

Hans Hartung et la gravure

Dès 1932, la gravure prend une place importante dans le travail d’Hans Hartung. En effet, selon l’expression de Rainer Michael Mason[2], Hartung est davantage un graveur-peintre qu’un peintre-graveur. Chez lui la gravure est première et sert de modèle au reste de sa production.

À partir de 1971, son travail sur la gravure est devenu si fondamental pour lui qu’il influence son rapport à la peinture. Cette influence est présente dans les instruments utilisés – il gratte dans la pâte fraîche des couleurs – mais elle va de pair avec toute une réflexion esthétique. Hartung dira ainsi de sa nouvelle peinture qu’elle est « le fruit de [s]es longues recherches en lithographie ». La gravure est au cœur de ses réflexions sur la composition, sur la ligne et la courbe, autour de questions de rythme, d’intensité, de forme, de volume.

Également, son travail sur la gravure permet à Hans Hartung de faire de la reproductibilité une notion centrale de son œuvre. Pierre Wat l’exprime en ces termes « La part majeure de son activité dédiée à une forme de copie de lui-même, le report, indique bien que, pour lui, à rebours de l’esprit du temps, la qualité d’une œuvre n’a rien à voir avec son unicité. Au contraire, il revendique la répétition comme condition de la qualité de sa peinture : plus on produit, plus ce que l’on produit sera bon.[3] »

Tout au long de sa vie, la gravure a ainsi joué un rôle déterminant dans l’œuvre de Hans Hartung. La Galerie Arenthon vous propose d’en découvrir une sélection.

[1] Madeleine Rousseau, Hans Hartung, Stuttgart, Domnick Verlag, 1949, « Vie et oeuvre »

[2] Rainer Michael Mason, « Hartung et l’estampe », dans Anne Pontégnie (dir.), Hartung, 10 perspectives, Milan, 3 Continents Editions, 2006

[3] Pierre Wat, Hans Hartung, La peinture pour mémoire, Hazan, 2018, « Hans Hartung et la reproductibilité de l’œuvre d’art »