Vasarely, Victor

Très tôt intéressé par l’art abstrait, le Bauhaus de Budapest mais aussi le constructivisme russe, Vasarely décide de donner une dimension scientifique à son art. Père de l’Op Art, Vasarely est aujourd’hui considéré comme un véritable technicien de l’art cinétique, un chef de file visionnaire. Lire la biographie

Afficher tous les 9 résultats

Biographie

Plasticien et fondateur de l’art optique, Victor Vasarely (de son vrai nom Győző Vásárhelyi) nait à Pecs, en Hongrie, en 1908.

Après des études de médecine avortées, le jeune homme se rend à Paris, qu’il juge alors à même de nourrir et de stimuler sa créativité, et travaille comme graphiste pour des agences publicitaires. Ce n’est que dans les années 1940 qu’il retrouve la peinture. Abstractions géométriques, applications sérielles et modules optiques sophistiqués constituent la majorité de son œuvre.

Dans les années 60, à l’aide de nouvelles techniques et technologies, Vasarely expérimente les formes géométriques et les combinaisons de couleur.

Pour diffuser largement son Œuvre, il travaille l’estampe et explore principalement le mode de la sérigraphie, qui lui permet un usage de couleurs vives, franches, et dégagent une forte présence.

Dès 1965, ses œuvres rencontrent un grand succès lors de l’exposition Responsive Eye à New York, ce qui l’amène à être considéré comme le fondateur de l’art optique. Tout au long de sa vie, il milite pour l’abandon du tableau et envisage un art total dont le support serait des espaces muraux vivaces grâce aux effets optiques produits.

Vasarely a défini sa méthode dans plusieurs ouvrages comme Plasti-cité (italique), paru en 1970. Il s’est aussi intéressé à l’architecture et l’industrie, aspirant à un langage universel ; ainsi, en 1976, il conçoit le bâtiment qui lui sert de fondation et qui constitue un véritable lieu d’exposition mais aussi de rencontres et de recherche pour les artistes. Il est également connu pour avoir créé le logo de la marque Renault.

Il est mondialement reconnu pour ses œuvres et sa vision de l’art et connaît sa première grande rétrospective française au Centre Pompidou en 2019.