Vuillard, Edouard

Né à Cuiseaux le 12 novembre 1868, Edouard Vuillard est un peintre, dessinateur, graveur et illustrateur français, membre central du mouvement nabi. D’une peinture intimiste et décorative, la production d’Edouard Vuillard glisse ensuite vers un travail de la lumière, plus proche des considérations des impressionnistes.    Lire la biographie

2 résultats affichés

Biographie

Né à Cuiseaux le 12 novembre 1868, Edouard Vuillard passe sa jeunesse à Paris où il grandit dans une famille aisée et bourgeoise. Au lycée Condorcet, il rencontre Maurice Denis et Ker-Xavier Roussel, deux piliers du futur mouvement Nabi. Renonçant vite à une carrière militaire, il entre à l’Académie des Beaux-Arts en 1887 et suit brièvement l’enseignement du peintre « pompier » Jean-Léon Gérôme. Parallèlement, il étudie et copie sans relâche Rembrandt, Titien, Jean Siméon Chardin ou Johannes Vermeer, qu’il découvre lors de ses nombreuses visites au musée du Louvre.

En 1889, il rejoint le mouvement Nabi fondé en 1888, auprès de ses amis Maurice Denis et Pierre Bonnard. Il y rencontre Paul Sérusier et Paul Ranson, qui sont eux partisans d’un art symbolique et spirituel, par opposition à Vuillard qui puise son énergie et son inspiration dans son environnement familier, comme on le voit par exemple dans Femmes au Jardin ou Les Couturières. Rejetant la peinture lisse de son ancien professeur Gérôme, il explore différentes techniques, en particulier la peinture à la colle. Dès 1893, il s’intéresse à la lithographie et à l’estampe, un nouveau médium qui lui permet d’approfondir certains principes nabis, tout en s’inspirant de sa connaissance de l’estampe japonaise : une composition par plans, de larges aplats, des raccourcis et une absence de profondeur, une simplicité des formes.

Mais l’artiste se confronte aussi aux grands formats. Alors qu’il collabore avec La Revue blanche, son directeur Alexandre Natanson lui commande neuf panneaux destinés à décorer le salon de son hôtel particulier, Les Jardins publics (1894). Près de dix ans plus tard, il réalise les décors pour la villa de la famille Berheim-Jeune (1911-1913).

D’une peinture intimiste et décorative, la production de Vuillard glisse bientôt vers un travail de la lumière, plus proche des considérations des impressionnistes, comme dans L’Allée (1907-1908).

En 1938, son ami et critique d’art Claude Roger-Marx organise une rétrospective au Pavillon de Marsan à Paris, rendant hommage à son œuvre sensible et intime. Il meurt à La Baule le 21 juin 1940.