Beaudin, André

Né le 3 février 1895 à Mennecy, en Île-de-France, André Beaudin intègre l’École des Arts Décoratifs en 1911, où il étudie pendant quatre ans. Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale de 1916 à 1919, il épouse Suzanne Roger en 1919, une artiste en herbe. En 1921, un tournant dans sa carrière survient lorsqu’il voyage en Italie et rencontre Juan Gris, devenant son ami. Sa rencontre avec André Masson en 1922 est également déterminante. Bien qu’initialement influencé par Henri Matisse, il s’oriente ensuite vers Picasso et Juan Gris, développant un style cubiste caractérisé par des formes pures, où le sujet devient un thème central.

2 résultats affichés

En 1923, André Beaudin présente sa première exposition individuelle à la galerie Percier à Paris, avec une préface de Max Jacob. Jusqu'en 1929, il explore le thème des visages, puis se tourne vers la sculpture en 1930, travaillant le plâtre, la terre et le bronze. Il s'essaie également à la lithographie et illustre Les Bucoliques de Virgile en 1926. Sa rencontre avec Paul Éluard en 1945 marque un tournant dans sa carrière. Après la guerre, Beaudin devient une figure éminente de l'art français, influençant ses contemporains, notamment lors de l'exposition "Vingt jeunes peintres de tradition française" en 1941. En 1946, une rétrospective de ses peintures est présentée à la Galerie Louise Leiris, révélant son évolution du cubisme vers un style personnel. En 1953, une exposition majeure de son travail a lieu à Berne, mettant en avant son exploration de formes à la fois droites et courbes, avec une attention particulière à la lumière. De 1954 à 1958, ses œuvres sont exposées à la Galerie Charpentier lors de l'exposition collective "École de Paris".